Le Costa Rica affronte la Serbie à Samara pour le compte de la 1ère journée du groupe E de la Coupe du Monde, à 14h en direct sur beIN SPORTS. 

Costa Rica – Serbie en direct ce dimanche à 14h sur beIN SPORTS 1.

Les abonnés beIN SPORTS auront également l’occasion de voir ce match Costa Rica – Serbie via beIN SPORTS CONNECT.

Les exploits historiques du Costa Rica lors de la dernière Coupe du Monde appartiennent au passé et les Ticos sont prêts à écrire un nouveau chapitre glorieux.

C’est le message de l’entraîneur Oscar Ramirez, quelques heures après les débuts du Costa Rica en Coupe du Monde contre la Serbie, dimanche à Samara. Les équipes font partie d’un groupe difficile qui comprend le Brésil, cinq fois champion du monde, et une équipe suisse qui occupe la sixième place au classement mondial de la FIFA.

Les exploits historiques du Costa Rica lors de la dernière Coupe du Monde appartiennent au passé et les Ticos sont prêts à écrire un nouveau chapitre glorieux.

C’est le message de l’entraîneur Oscar Ramirez, quelques heures après les débuts du Costa Rica en Coupe du Monde contre la Serbie, dimanche à Samara. Les équipes font partie d’un groupe difficile qui comprend le Brésil, cinq fois champion du monde, et une équipe suisse qui occupe la sixième place au classement mondial de la FIFA.

 

Pendant les journées d’entraînement à Saint-Pétersbourg, le capitaine Bryan Ruiz, qui a été gardé entre deux cotons pour assurer ses débuts, et le gardien de but Keylor Navas, qui a eu une séance séparée avec le physiothérapeute jeudi, mais qui n’a pas de problèmes physiques. Les deux peuvent provenir du jeu de Samara.

Qui ne sera pas là est le latéral Ronald Matarrita, qui a été laissé sans blessure aux ischio-jambiers dans la Coupe du Monde des ischio-jambiers et a suscité l’appel du défenseur Kenner Gutierrez, qui se joindra à l’expédition directement à Samara.

L’entraîneur `Tico’ Óscar Ramírez est particulièrement préoccupé par le jeu aérien de son adversaire serbe, ce qui pourrait l’amener à opter pour le défenseur central Kendall Waston (1,96 m) dans le top trois au lieu d’Oscar Duarte et aux côtés de Johny Acosta et Giancarlo González.

Le reste sera les habituels : les lanesmen Cristian Gamboa et Bryan Oviedo ; et le milieu de terrain formé par Celso Borges, David Guzman, Bryan Ruiz. Le seul doute est de savoir si l’attaquant des Betis Joel Campbell sera en tête ou, comme d’habitude, à droite, avec Marco Urena comme seul attaquant.

La Serbie entre dans la Coupe du Monde au milieu d’une restructuration générale et une fois que la tourmente institutionnelle qui a entraîné le changement de banc s’est apaisée. En fait, l’entraîneur Mladen Krstajic, qui a remplacé Slavoljub Muslin, l’homme qui a créé la qualification, fera ses débuts dans un match officiel à Russie 2018 et dans le duel avec le Costa Rica.

C’est Krstajic qui est chargé d’installer dans l’équipe une jeune portée de joueurs qui ont triomphé dans la Coupe du Monde des moins de 20 ans en Nouvelle-Zélande et qui demandent une place parmi les joueurs établis et renommés du football international comme Nemanja Matic, de Manchester United, Branislas Ivanovic, de Chelsea ou Aleksander Kolarov, maintenant à Rome.

C’est le système 4-5-1 qui est le moteur de l’image des Balkans. C’est ce qu’il a clairement indiqué dans ses répétitions préparatoires, avec lesquelles il est arrivé en Russie et qui lui ont donné de bons résultats contre la Chine, le Nigeria et la Bolivie, ce qui s’est traduit par des victoires, bien qu’elles aient été remises en question lors des duels contre le Maroc et le Chili, avec lesquels il a perdu.

Krstajic cherche à consolider son équipe avec deux milieux de terrain, deux autres milieux offensifs sur les flancs et un milieu de terrain, une tâche qu’il a confiée à Adem Ljajic.

Le poids de l’attaque repose sur Aleksandar Mitrovic de Fulham et sur l’inspiration de Sergei Milinkovic-Savic, qui est appelé à diriger la nouvelle Serbie.

Avec l’arrière-garde définie avec Dusko Tosic et Nikola Milenkovic plus l’expérience de Branislav Ivanovic et Aleksander Kolarov, la balle large est laissée à Nemanja Matic et Filp Kostic avec Dusan Tadic accroché à l’attaque.

PARTAGER