La table ronde organisée par l’UEFA concernant le fair-play financier s’est déroulée aujourd’hui à Nyon n’a pas abouti aux modifications réclamées par les dirigeants du PSG principalement au sujet du niveau d’endettement pour se focaliser uniquement sur les déficits, système qui favorise des clubs comme Barcelone ou la Juventus et défavorise un club comme le PSG.

La réunion qui s’est tenue aujourd’hui entre les représentants d’une dizaine de clubs européens n’a en effet pas débouché sur de grandes modifications. Les amendements demandées par le Paris Saint-Germain et Manchester City n’ont pas trouvé un écho favorable dans face aux autres clubs qui prônent le status-quo.

Le fair-play financier conforté

Pour Nasser al-Khelaïfi “Cette mesure est injuste. Elle bloque les nouveaux investisseurs. Cela protège les grands clubs. J’espère que l’UEFA va le changer l’année prochaine. Beaucoup de clubs se sont plaints“. Mais le PSG n’a comme allié sur ce sujet que Manchester City et tout deux s’opposent a la totalité des autres clubs, mais aussi à Michel Platini pour qui la dette n’est pas en soit un problème “Les pertes des clubs européens sont passées de 1,7 milliard d’euros à 800 millions d’euros en deux saisons. Nous passons d’un cercle vicieux à un cercle vertueux. Le fair-play financier se doit d’être un cadre dynamique. J’ai provoqué une grande table ronde. Nous verrons si certaines imperfections peuvent être gommées, si le système peut être amélioré” Mais celui-ci reste ouvert a de nouvelles dispositions et ajustements. Tout l’enjeu pour le PSG et Manchester City sera de faire évoluer les principes du fair-play financier en incluant recettes, dépenses et dettes.

Rummenigge dédouane Barcelone et le Real mais tacle le PSG !

Le patron du Bayern Karl-Heinz Rummenigge a encore une fois tiré a boulet rouge sur le PSG avec plusieurs déclarations ou il attaque fortement le PSG et Manchester City “Jetons un oeil par exemple sur le Paris Saint-Germain : une grande entreprise est derrière ce club. Avec de l’argent presque à l’infini. Depuis, la puissance de l’équipe est très dépendante du marché des transferts et le PSG pourrait investir indéfiniment. Nous pensons que ce n’est pas juste. (…) Le PSG a été condamné l’été dernier. Il a eu une amende énorme et a dû réduire son effectif de 25 à 21 joueurs en Ligue des Champions. (…) Vous ne pouvez pas ignorer les signaux de l’UEFA. (…) Vous devez trouver un équilibre sain. Néanmoins, je ne condamne pas le PSG. Je les comprends même. Le club était depuis vingt ans dans l’obscurité jusqu’à ce qu’il ait été repris par un cheikh.“. Par contre son discours change radicalement quand il s’agit de parler de Barcelone ou du Real de Madrid “Ce ne sont pas un gros problème. Bien qu’ils aient une montagne de dettes très élevée. Ils sont actuellement en conformité avec le fair-play financier, au moins cela ne pose pas de problème. Le fair-play financier est basé sur la règle de l’équilibre. Cela consiste tout simplement à ne pas dépenser plus que ce que l’on peut assumer.

Michel Platini a de son côté jugé que la réunion avait été “très constructive” et avait “montré une fois encore que les principales parties prenantes en Europe souhaitent travailler ensemble afin de créer un contexte financier sain pour le football interclubs“.

PARTAGER