Le président de l’OM, Vincent Labrune, et d’ex-dirigeants du club de foot marseillais, dont Jean-Claude Dassier et Pape Diouf, ont été interpellés mardi et placés en garde à vue dans le cadre d’une affaire financière, a-t-on appris de sources proches de l’enquête, confirmant une information de i-Télé.

Pierre André Gignac, un transfert pas net ?

Il s’agit notamment d’examiner des “contentieux” et “transferts effectués ces dernières années”, ont dit ces sources. Une source policière a aussi parlé de “fraudes liées à plusieurs transferts”.

Le transfert d’André-Pierre Gignac en août 2010 de Toulouse à Marseille, pour une somme évaluée à 20 millions d’euros, avait été réalisé sous l’autorité de Jean-Claude Dassier et validé par Vincent Labrune.

La justice soupçonnait déjà le versement de rétrocommissions à des personnes proches du grand banditisme corse, notamment un intermédiaire non officiel du football et premier agent de l’attaquant, Christophe d’Amico, condamné en novembre 2013 à quatre ans de prison dont deux avec sursis dans une affaire d’extorsion de fonds dans des boites de nuit d’Aix-en-Provence.

Les policiers s’attachent à vérifier s’il y aurait eu, à l’occasion de celui-ci “et d’autres opérations de même type”, des commissions, ont expliqué les sources proches de l’enquête. L’enquête est menée et supervisée par la sous-direction de la lutte contre le crime organisé et la délinquance financière (SDCOF) de la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) dont différents services et offices ont été mis à contribution.

Vincent Labrune et Philippe Perez ont été arrêtés mardi matin à leur domicile de Marseille et de Saint-Rémy-de-Provence et sont entendus à Marseille, ajoute-t-on de source policière. Jean-Claude Dassier est pour sa part entendu au parquet financier de Nanterre, précise Le Point, qui a révélé l’information. Selon RTL, Pape Diouf, dirigeant du club de 2005 à 2009, est également en garde à vue à l’hôtel de police de Marseille.

L’actuel président de l’OM est arrivé tôt mardi matin à l’hôtel de police de Marseille, a déclaré à l’AFP le délégué Unsa-Police Laurend Odye.

Son bras droit, Philippe Pérez, figure au nombre des gardés à vue.

Les enquêteurs estiment, ont dit les sources proches de l’enquête, avoir “suffisamment d’éléments” pour passer au “crible la gestion présente et passée de l’OM” et des “transferts” présumés litigieux. Les gardés à vue vont “devoir s’expliquer de fond en comble”, selon une de ces sources.

Selon RMC Sport, les enquêteurs se seraient rendus également au domicile de José Anigo, à Aubagne, afin d’entendre l’ancien directeur sportif de l’OM. Il n’ont pu entendre ce dernier, qui réside depuis quelques mois à Marrakech. L’entraîneur de l’équipe de France, Didier Deschamps, avait prévu d’aligner le joueur ce mardi soir à la pointe de l’attaque des Bleus dans le match amical France-Suède.

Interrogé dans le cadre de l’autre coup de filets dans le milieu du football de mardi matin, le président de la LFP (Ligue de football professionnel) Frédéric Thiriez a refusé de s’exprimer sur l’affaire qui concerne l’Olympique de Marseille.

Avec l’AFP

PARTAGER