Quelques heures avant la première de la Coupe du Monde, l’équipe nationale espagnole traverse une période très mouvementée. Hier, nous avons appris que l’entraîneur national, Julen Lopetegui, a signé avec le Real Madrid. En conséquence, la Fédération espagnole de football a pris la décision de le démettre de ses fonctions à la tête de La Roja. A court terme, il est remplacé par Fernando Hierro, jusqu’à présent directeur sportif de la Fédération. Qui prendra sa place après le championnat reste une question inconnue.

L’étrange situation dans laquelle se trouve l’équipe espagnole a donné lieu à toutes sortes de spéculations, parmi les plus alarmantes un tweet qui se répand à travers l’Espagne, à la fois sur ce même réseau social et par le biais de captures d’écran sur WhatsApp et d’autres services de messagerie. Le message, signé par Xav Salazar en anglais et déjà plus d’un millier de retuits, s’alarme avec la possibilité que l’Espagne soit disqualifiée parce que, apparemment, ” virer l’entraîneur juste avant la Coupe du Monde est contraire aux règlements de la FIFA “.

 


Quelle est la part de vérité dans cette alerte ? Avec la FIFA, on ne sait jamais à 100%, mais en principe, le risque est minime. Le document de référence à cet égard est le Règlement de la Coupe du Monde 2018 publié sur le site Internet de la Fédération internationale, qui couvre tous les aspects de l’organisation du tournoi qui est sur le point de commencer et de la phase de qualification qui est déjà achevée.

Dans ce cas, l’article applicable en l’espèce serait l’article 44, intitulé “Listes des joueurs et accréditation”, qui commence à la page 56. Il stipule que “toutes les fédérations soumettront à la FIFA une liste finale de 23 joueurs, dont trois gardiens de but, plus 27 officiels (ci-après dénommés la “liste finale”)”. Il y a plus de règlements et de protocoles sur les remplacements de joueurs, mais aucun ne fait référence aux officiels (y compris le personnel d’entraînement), d’où il s’ensuit qu’il n’y a aucun obstacle au changement d’entraîneur. Surtout si le nouveau (Hierro) faisait déjà partie du personnel espagnol. La RFEF elle-même signale qu’elle n’est pas consciente qu’il y a même un danger d’exclusion.

Il semble n’être rien de plus qu’une blague du Tweeter, qui a déjà joué dans des histoires similaires dans le passé. En fait, il y a quelques mois, il a inventé de supposées déclarations de Toni Kroos dans lesquelles il disait que l’Allemand se considérait comme un joueur beaucoup moins bon que Modric et qu’il serait prêt à changer son titre de champion du monde parce qu’il avait les compétences du Croate. La presse des Balkans a même pu se faire l’écho de la question, ce qui a bien sûr été contredit en fin de compte. La même chose que dans ce cas : les fans espagnols ne doivent pas s’inquiéter, car, sans Lopetegui, leur participation à Russie 2018 est garantie.

PARTAGER