Tout au long de sa carrière, Didier Deschamps a toujours été facile à suivre. Comme tout tacticien, il a ses principes : surtout conservateurs et défensifs, dans son cas. Mais ce n’est pas un joueur. Tout ce qu’il fait est généralement pensé longtemps à l’avance, réfléchi et jamais décidé dans l’urgence. En 2014 pour la Coupe du Monde et 2016 pour les Championnats d’Europe, il avait un style, une idée et sa tactique pour commencer le tournoi.

Pas en 2018. Cette année, à la surprise de tous, y compris de ses joueurs, Deschamps joue.

Un mois avant le début de la Coupe du Monde, le manager de France a décidé de tout changer. La formation 4-4-2 qu’il utilisait depuis le match des huitièmes de finale contre l’Irlande lors des derniers Euros. Pendant deux ans, il a travaillé avec ses joueurs sur ce système, sur le partenariat entre Antoine Griezmann et Olivier Giroud ainsi que sur le positionnement des quatre joueurs au milieu de terrain. Pourtant, il a décidé qu’il n’était pas assez bon pour affronter l’Australie lors du match d’ouverture samedi à Kazan. Les Bleus sont donc partis de zéro sur une nouvelle formation, le 4-3-1-1-2, une nouvelle tactique avec un milieu de terrain en losange, un nouveau positionnement avec Griezmann comme numéro 10 et un nouveau style.

Trois semaines avant le début de la Coupe du Monde, le mouvement est pour le moins audacieux, risqué et même à la limite de la folie. Pourquoi a-t-il fait ça ? Il n’a pas encore expliqué aux médias. Il a aussi balayé toutes les questions à ce sujet jusqu’à présent. “Il pensait que ce serait mieux pour l’équipe”, a déclaré Kylian Mbappe mercredi.

S’agit-il d’une meilleure forme en termes d’équilibre ? Probablement. Les trois joueurs du milieu de terrain offrent plus de protection aux quatre défenseurs, donc sur le plan défensif, c’est mieux. En termes de certitude de succès ? Pas vraiment. La France a fait bonne figure dans leur 4-4-2. Les joueurs étaient à l’aise dans cette formation. Griezmann joue ainsi à l’Atlético de Madrid, tout comme Ousmane Dembele à Barcelone. Thomas Lemar, Benjamin Mendy, Djibril Sidibe et Mbappe ont joué ainsi lorsqu’ils ont remporté le championnat avec Monaco il y a un an.

Des sources ont dit à ESPN FC que le vestiaire n’est pas très enthousiaste face au changement tactique soudain et tardif. Prenez Griezmann. Il est actuellement l’un des meilleurs attaquants du monde et il vient de marquer 29 buts et 13 passes décisives cette saison avec l’Atlético en 4-4-2. En le plaçant au 10e rang, bien qu’avec beaucoup de liberté, on l’éloigne de la boîte où il est si mortel et décisif. Malgré la qualité de sa vision et de ses passes, il n’est pas un meneur de jeu au sens propre.

Cette “mini-révolution”, comme l’ont dit les médias français, de Deschamps aurait pu être inspirée par l’émergence de Mbappe. Deschamps veut mettre son milieu de terrain diamant dans le meilleur environnement pour réussir. Si Mbappe joue à l’extérieur dans un 4-4-2, il a encore beaucoup de travail défensif à faire pour aider son arrière latéral. Si vous l’affrontez à deux, il n’a plus grand-chose à défendre, ce qui lui convient mieux. C’est la même chose pour Dembele, qui est susceptible de prendre les devants samedi contre l’Australie.

On peut dire que la France ne s’est pas vraiment améliorée depuis la finale de l’Euro 2016. Le vieux look 4-4-2 a certainement ses limites, en particulier dans le milieu de terrain, où l’on peut être dépassé par un adversaire fort. Cependant, en décidant de changer de tactique si près du départ de la Coupe du Monde, Didier Deschamps a pris un gros risque. Si cela fonctionne samedi contre l’Australie, la pression sur lui et ses joueurs sera allégée. Si cela ne paie pas, le stress s’accumulera encore plus et l’atmosphère dans le vestiaire et autour de l’équipe sera beaucoup plus lourde.

Les tactiques ne sont pas le seul pari de Deschamps. Jeudi, il a décidé de garder Sidibe dans son équipe, ont déclaré des sources à ESPN FC. Depuis plus d’une semaine, le défenseur monégasque a du mal à se remettre en forme et Deschamps a pensé à le renvoyer chez lui et à appeler Mathieu Debuchy à la place. Depuis, il a mis fin à la conversation. Pour quelqu’un qui est

PARTAGER