La justice espagnole a annulé un accord entre le Real Madrid et la mairie qui permettait la rénovation du stade Santiago Bernabeu, la construction d’un hôtel et d’un centre commercial attenants, a annoncé mercredi le club.

Le tribunal supérieur de justice de Madrid “a annulé l’accord du 15 novembre 2012 (…) qui approuvait la modification ponctuelle du plan général d’occupation des sols de Madrid concernant le stade Santiago Bernabeu”, a indiqué dans un communiqué le Real Madrid, propriétaire de l’enceinte.

“Le Real Madrid travaille avec la mairie et la région de Madrid pour corriger les aspects nécessaires et permettre le projet de réforme”, ajoute le club, sans plus de précision. Au total, les travaux d’extension du stade, estimés à 400 millions d’euros, prévoyaient la rénovation du Bernabeu avec la construction d’un toit rétractable, un centre commercial et un hôtel. Ils devaient déboucher sur la création du “meilleur stade du monde”, selon le Real Madrid.

Le Tribunal supérieur de Justice de Madrid avait déjà suspendu les travaux en août 2014 “par mesure de précaution”, donnant raison à l’association de défense de l’environnement Ecologistas en Accion, qui avait déposé un recours. L’association avait alors expliqué qu’il ne s’agissait pas “d’une décision contre l’activité sportive du Real Madrid, mais contre les affaires immobilières, étrangères au sport, que développe le club et qui ne bénéficient en rien à la ville et à ses habitants”.

Le tribunal avait estimé qu’il y avait “des indices suffisants d’un lien direct” entre la plainte d’Ecologistes en action et une enquête en cours de la Commission européenne sur des aides publiques controversées à sept clubs espagnols. La Commission européenne enquête notamment sur les conditions dans lesquelles le Real Madrid a acquis, par des accords avec la mairie de Madrid, un terrain évalué en 1998 à 595.194 euros.

Le terrain n’a finalement pas été cédé, pour des raisons administratives.

La mairie a cependant indemnisé le club en 2011, dans le cadre d’un nouvel accord, à hauteur de 22,693 millions d’euros, selon le tribunal. Elle a également cédé un autre terrain constructible, en face du Bernabeu pour y édifier l’hôtel et le centre commercial.

PARTAGER