Le Losc «a décidé» de «suspendre momentanément Marcelo Bielsa de sa fonction d’entraîneur dans le cadre d’une procédure engagée par le club», a indiqué la formation de Ligue 1 sur son site internet mercredi soir.

L’Argentin surnommé «El Loco», arrivé en juin, paie les mauvais de résultats de son équipe, 19e et avant-dernière de L1, avec une dernière défaite cinglante lundi à Amiens (3-0).

Le président Gérard Lopez et le directeur général du Losc Marc Ingla n’ont pas répondu aux sollicitations de l’AFP mercredi soir. L’attaché de presse du club a simplement indiqué qu’il n’y aurait «pas d’autre communication que celle déjà effectuée».

Marcelo Bielsa devait tenir jeudi à 18h sa traditionnelle conférence de presse d’avant-match en vue du déplacement à Montpellier samedi. Le service communication du Losc n’a pas été en mesure de dire si elle était maintenue.

Sept défaites en treize journées de Ligue 1

Lille, qui a investi plus de 60 millions d’euros sur le marché des transferts cet été, réalise un début de saison catastrophique alors qu’il visait le Top 5, l’objectif donné par la nouvelle direction arrivée au début de l’année civile.

En 13 journées de Championnat, la formation nordiste a ainsi concédé sept défaites, pour seulement trois victoires et trois matches nuls, et elle pointe déjà à 11 longueurs de la cinquième place occupée par Nantes.

Depuis début octobre, le Losc semblait pourtant sur la pente ascendante avec des prestations moins ternes et deux succès consécutifs à Metz (3-0) et face à Saint-Etienne (3-1), avant de sombrer piteusement lundi soir au stade de La Licorne chez un mal-classé.

Clash avec Campos

Ensuite, il est rapidement entré en conflit avec Luis Campos, le conseiller du président en charge du recrutement. Les deux hommes n’ont pas été d’accord sur la gestion de la fin du mercato. Campos voulait amener un peu d’expérience dans le groupe après la vente de De Préville mais Bielsa a refusé les différentes propositions. Son groupe jeune et inexpérimenté l’a alors payé très cher sur les pelouses de Ligue 1. Symboliquement, il n’a plus voulu de Joao Sacramento, un homme de Campos, dans son staff.

Jusqu’il y a un mois, il avait encore le soutien complet des joueurs. Mais certains d’entre eux en ont eu marre de ne pas jouer à leur poste et lui ont fait savoir. Les subtilités de son 3-3-3-1 n’ont pas été tout le temps maîtrisées, sauf par ses adversaires. Bielsa a donc perdu un à un ses soutiens. À Amiens, lundi, une partie des supporters l’a ainsi lâché en réclamant sa démission sur les réseaux sociaux. Et hier, Gérard Lopez a décidé de son sort. Une décision qui devrait lui coûter entre 14 et 15 millions d’euros.

Le LOSC n’a pas souhaité communiquer le nom de son successeur ou au moins celui qui assurera son intérim à Montpellier. Joao Sacramento, toujours salarié du LOSC, pourrait être celui qui assure la liaison. Marca avait annoncé il y a trois semaines un contact entre Marc Ingla et Javi Gracia, ancien entraîneur d’Osasuna, de Malaga et du Rubin Kazan. On sera sans doute fixé très rapidement car le LOSC n’a plus de temps à perdre. Et ce sera sans Marcelo Bielsa.

Selon ESPN et la radio Grafica, c’est un voyage au Chili de l’ancien entraîneur de l’OM qui serait à l’origine de cette suspension.

Aux côtés de Bielsa pendant une vingtaine d’années

Bielsa aurait fait le voyage jusqu’au Chili pour se rendre au chevet de Luis Maria Bonini, l’un de ses adjoints historiques. Préparateur physique, le “Prof Bonini” a travaillé avec l’ancien coach de l’OM pendant une vingtaine d’années, notamment lors de ses mandats avec la sélection argentine (1998-2004) et chilienne (2007-2011). Bonini se bat actuellement contre un cancer dans l’unité de soins intensifs de la clinique Santa Maria de Santiago du Chili. Selon plusieurs médias sud-américains, son pronostic vital est très engagé. 

PARTAGER